À Monaco, le marché immobilier est stable

07.06.2018
FIGARO Immobilier

Une étude annuelle consacrée au marché monégasque nous rassure: les prix n’ont quasiment pas augmenté dans la Principauté en 2017. Il faut dire qu’ils se maintiennent à des niveaux stratosphériques après avoir bondi de 46% en 10 ans.

Alors que les prix immobiliers s’envolent un peu partout en Europe, la principauté de Monaco s’affirme cette année comme un îlot de stabilité. Mais une stabilité à très haute altitude! Selon l’étude annuelle du réseau immobilier Knight Frank les tarifs sont restés coincés autour de 53.000 euros le mètre carré. Soit tout de même quasiment six fois plus cher qu’à Paris, qui enchaîne pourtant records sur records. Il faut dire aussi que cette année «calme» fait suite à de sacrée hausse de prix: +46% en dix ans selon les statistiques officielles monégasques.

Sur ce micro-marché, l’étude note un appétit grandissant pour le neuf. En 2017, les ventes ont en effet culminé à 50 appartements fraîchement achevés contre 33 l’année précédente. Et c’est également dans le neuf que l’on retrouve évidemment les prix les plus fous. Il n’est plus si rare de voir certains programmes comme la Tour Odéon et Petite Afrique dépasser la barre des 100.000 euros le mètre carré pour les logements les plus exclusifs. «Et nous estimons que cette tendance - un écart grandissant entre l’ultraluxe et le reste du marché - va se poursuivre», souligne Knight Frank.

Toujours plus haut

Du côté des acheteurs, les Britanniques, Italiens, Français et Suisses restent actifs sur ce marché mais aussi les Indiens et les ressortissants du Moyen-Orient. À en croire le responsable du bureau monégasque du réseau immobilier, la physionomie de la ville va considérablement changer dans les 15 ans qui viennent. Malgré les efforts de construction ces dernières années s’accompagnant de nouvelles infrastructures à venir (collège, salle de concert, médiathèque...), la demande va continuer à se renforcer et l’offre sera incapable de suivre. Résultat: la ville va devoir construire toujours plus haut et pourrait émerger comme un leader mondial des technologies vertes et du développement durable. Le prince Albert s’est d’ailleurs engagé dans ce sens et le projet d’extension de Monaco sur la mer multiplie les innovations écologiques.