Reventes de l’immobilier : Monaco observe un retour aux chiffres de 2016

En septembre 2018, d’après les chiffres du premier semestre des reventes de l’immobilier, Monaco semblait avoir retrouvé le niveau de 2016, à savoir 2,2 milliards. Ce chiffre semble même être légèrement dépassé, alors qu’en 2017, ce dernier était à 1,8 milliard. Néanmoins, ces données concernent des réalités bien différentes avec des modifications importantes. Ainsi, en 2018, il s’est négocié entre 430 et 440 appartements contre 520 en 2016 pour un montant équivalent, 555 en 2014 pour un total légèrement supérieur à 2 milliards. Il faut sans doute y voir une part plus importante d’appartements de grande superficie accompagnant une hausse sensible des prix.


Reventes Monaco Immobilier

Notion de prix moyen de l’immobilier, Monaco devient moins significative 

Selon Michel Dotta, président de la chambre immobilière, le prix moyen au mètre carré se situerait actuellement entre 44 000 et 50 000 euros. Toutefois, cette notion de prix moyen semble de moins en moins significative puisque les prix s’échelonnent entre 30 000 et 100 000 euros selon des facteurs tels que la localisation d’un immeuble ou encore l’étage sur lequel un appartement se situe.

Les prix les plus élevés se trouvent à Monte-Carlo, principalement autour de la place du Casino et au Larvotto et parfois à la Tour Odéon. Le marché des reventes avait pratiquement retrouvé en 2012 son niveau de 2008 (plus d’un milliard), il a ensuite doublé pour dépasser les 2 milliards en 2014. En ce qui concerne le prix moyen de l’immobilier, Monaco voyait une situation similaire: le prix moyen a rétrogradé en 2012 avant de rebondir pour dépasser les 31 000 euros en 2011 puis les 41 000 euros en 2016 et donc franchir une nouvelle étape en 2018 au-delà des 45 000 euros selon toute vraisemblance même si ce chiffre encore une fois recouvre des données très différentes.

Aujourd’hui, les clients sont souvent déjà présents en Principauté même si on signale toujours l’arrivée de quadras ou quinquas qui viennent s’y installer.

Autre fait notable : les agences immobilières ne semblent pas toutes bénéficier de cette forte activité sur les reventes, concurrencées apparemment par les marchands de biens dont le nombre s’est accru mais aussi par divers apporteurs d’affaires. Du côté du neuf, le marché en 2018 a été animé par l’achèvement du Stella qui contribue à donner à La Condamine un nouveau statut grâce à la transformation du quartier et la construction de nouveaux immeubles. On observe aussi quelques ventes dans d’autres immeubles de prestige autour de 70 000/80 000 euros.

Marché de la location

Bien que le marché de la location soit moins actif qu’il a pu l’être, il reste très soutenu avec des délais raisonnables pour trouver preneur et des loyers souvent en hausse de 3% à 5%. Toutefois, on a observé des difficultés en fin d’année pour les locations de studios dont les prix atteignaient des niveaux élevés et dont les tarifs ont été parfois réajustés pour s’adapter à la demande. Les professionnels semblent d’ailleurs regretter que l’observatoire des loyers n’ait pas encore vu le jour afin de disposer d’éléments de comparaison plus précis tant sur le plan quantitatif que qualitatif.

Sur le plan global de l’immobilier, Monaco se porte bien, même si la présence de nombreux marchands de biens fait craindre à certains professionnels qu’il puisse prendre un caractère spéculatif.